Champion du monde de baby-foot, Tom Droit a vécu "6 jours extraordinaires"

Champion du monde de baby-foot, Tom Droit a vécu "6 jours extraordinaires"

En juillet 2022, Tom a participé aux Championnats du monde de baby-foot qui se tenaient à Nantes. Sacré en simple, il nous fait découvrir sa discipline et évoque son parcours. 

Tom commence très jeune à pratiquer le baby-foot. « Mon grand frère jouait en club, raconte-t-il. Je le suivais et je jouais un peu contre lui pour m’amuser. » Mais rapidement, cette petite activité de détente va devenir une vraie passion. « Je suis mauvais perdant, donc je n’aimais vraiment pas perdre contre mon frère. Je voulais le battre, donc je me suis entrainé. On a commencé à faire des tournois en double ensemble, et c’est parti de là. » 

Après quelques tournois, le jeune joueur se lance dans le circuit junior, et il y réalise de belles compétitions. Son palmarès commence à réellement prendre de l’ampleur en 2019.

Au baby-foot, il y a différentes tables qui ont chacune leurs caractéristiques, que ce soit en termes de balles, de revêtement, etc. En 2019, je deviens vice-champion du monde junior en double sur la table française, ce qui est une belle performance.

C’est le début de l’ascension. En 2020, Tom gagne des tournois nationaux en double et en simple. Mais le covid empêche la tenue de nombreuses épreuves.

L’objectif affiché par le Mondevillais est clair : participer aux championnats du monde junior multi-tables de Nantes, à l’été 2022. Après de nombreux efforts, il arrive à se qualifier dans toutes les compétitions : le simple, le double, le classique (en double mais avec des règles qui diffèrent légèrement) et en sélection. Pour Tom, c’est le début d’une semaine de folie.

Il lança sa semaine en jouant le tournoi dit classique avec un partenaire. Loin d’être favori, le parcours des deux compères s’arrête en 8ᵉ de finale. Sans regrets. Vient ensuite le simple, la compétition sur laquelle Tom place le plus d’espoirs. « Tout le parcours s’est plutôt bien passé, malgré un match très serré en quarts de finale. Dans ces compétitions, chaque manche se gagne en 5 buts, et il faut gagner 3 manches pour remporter le match. En finale, j’étais mené 2 manches à 0. Et j’ai eu un déclic. J’ai remporté les trois manches suivantes, et je suis devenu champion du monde junior. »

Tom est aujourd’hui le seul Français junior à avoir remporté ce titre. En double, il a été éliminé  en quarts de finale. Il restait donc une dernière possibilité de performance pour Tom : le tournoi par équipe. 

J’ai eu la chance et l’opportunité d’être sélectionné en Équipe de France. On a réussi une excellente performance en décrochant une seconde place, en perdant 40-38 face à l’Allemagne. Ces 6 jours ont été extraordinaires, je n’avais jamais vécu ça.

Ce championnat du monde était la dernière compétition de Tom sous l’étiquette de juniors. Dès septembre, il commencera à jouer contre des adultes. « J’ai déjà participé à quelques tournois à ce niveau et j’ai pas mal performé. Je suis donc prêt. « Mais continuer le baby-foot n’est pas la priorité. Je vais entrer en IFSI (Institut de formation en soins infirmiers) à Caen à la rentrée. Je prioriserai toujours les études. »

Personne ne vit du baby-foot en France. Seuls quelques joueurs subviennent à leurs besoins en Allemagne et aux Etats-Unis. « Pour l’instant, c’est simplement un loisir à haut niveau. Je n’aurais aucune hésitation à arrêter si je dois le faire. Si des personnes commencent à gagner leur vie grâce à cela, il faudra se poser les bonnes questions. Mais ce n’est pas le cas pour le moment. »

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Sport à Caen dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.

Aïe vous avez refusé les cookies 🙁. Vous ne savez peut-être pas que 400 journalistes professionnels travaillent pour actu.fr (Groupe Publihebdos/Sipa Ouest-France). Le recueil de cookies est utile à la collecte de revenus publicitaires qui nous permettent de vous proposer gratuitement des informations fiables de qualité. Si vous aimez actu.fr, vous pouvez accepter les cookies👍.