Aurélie Jean – La science se moque de votre opinion

CHRONIQUE. Face à la méfiance des Français à l’égard de la parole scientifique, il est urgent de rappeler la différence entre croyances et connaissances.

Cela peut vous sembler être un cri de colère, mais cette déclaration somme toute un peu sévère traduit notre relation malheureuse à la science et aux scientifiques. C'est, en tout cas, ce que reflète une étude récente qui conclut qu'un Français sur deux seulement voit dans les sciences une source d'information fiable et a confiance dans les médecins. Alors qu'on pensait que la crise sanitaire avait révélé le rôle de la science et de ses acteurs, on a l'amère impression de revenir à une époque où les croyances prenaient le pas sur les connaissances. Jusqu'à obtenir plus de 80 % des Français qui souhaitent collecter plusieurs opinions avant de dessiner un avis. Mais la science se moque des opinions, car elle s'appuie sur la méthode scientifique.

Contrairement au raisonnement scientifique, une opinion n'est pas systématiquement fondée sur des faits. Par définition, elle est subjective et elle peut être soumise à des biais émotionnels et de confirmation qui viennent orienter, déformer, voire fausser notre jugement – bon ou mauvais. Il faut distinguer une hypothèse et une théorie encore non démontrée d'une opinion. Une hypothèse est une supposition non tranchée et argumentée, même partiellement ; une théorie est un ensemble de conditions, de règles et de principes pour traduire un phénomène. Même si des théories admises parfois massivement attendent encore d'être démontrées, elles s'appuient sur des idées articulées, justifiées et raisonnées. C'est par cette distinction pourtant simple que l'on aurait pu éviter les propos de bon nombre de personnalités – scientifiques et médecins – donnant leur opinion dans les médias depuis le début de la crise sanitaire. Car les scientifiques peuvent aussi, par accident ou malhonnêteté intellectuelle, donner leur avis en oubliant la méthode qui les a pourtant formés.

Que l'on s'entende, on peut prendre position pour une théorie, mais ce n'est en aucun cas une opinion au sens premier du terme. Pour s'en convaincre, il faut relire la philosophie de Platon, qui oppose l'opinion à la science, en l'assimilant aux croyances et à l'illusion. La position scientifique est, au contraire, une réflexion motivée par des arguments et des idées faisant consensus au sein d'une communauté. On parle d'écoles de pensée pour différencier ces réflexions. C'est de là que naissent les débats d'idées et les essais qui creusent et défendent une thèse, tout en défilant une antithèse pour penser contre soi-même. Cette image dans un monde idéal est pourtant bien éloignée des livres d'opinion qui se bousculent à chaque sortie littéraire et que l'on présente néanmoins comme des analyses objectives.

Pour finir, on dira qu'on ne compense pas un doute par une opinion mais qu'on doit, en revanche, déclarer : « Je ne sais pas. » Et que, même si une majorité d'individus ont la même opinion, cela ne fait pas d'elle une vérité. Quelle est votre réflexion – et non votre opinion – sur ce sujet ?

Comment apprendre (ou réapprendre) à voir la vie en rose ? Comment retrouver le plaisir de jouir de l’instant ? Comment ne pas se l’interdire ? Souvent, nous nous interdisons de vivre aujourd’hui pour mieux espérer un hypothétique demain... D’où l'intérêt de lire les auteurs présentés dans ce hors-série.

Et j'oubliais. Je vous renvoie à l'article d'Autélie Jean sur le progrès scientifique au service de la lutte contre le réchauffement climatique anthropique publié en novembre 2021. Ne venez pas chercher un quelconque soutien de la part de l'auteure de cet article qui n'est en rien d'accord avec les contre-vérités pseudo-scientifiques que vous affirmez.

C’est bien ce que je disais plus haut vous croyez en cette « Théorie » que dénonce l’auteur de l’article du point. Tout le monde suppose mais personne n’a démontré parce que c’est impossible de le démontrer. De plus vous avancez des arguments fallacieux de crédule.

Vous ne pouvez plus réagir aux articles suite à la soumission de contributions ne répondant pas à la charte de modération du Point.