L'état de la nation

Cela faisait depuis 2015 que, pour diverses raisons indépendantes de sa volonté et pas tellement, ce type de débat n'avait pas eu lieu, qui, en plus d'être plus que nécessaire, s'il est fait comme Dieu le veut, devrait aider les Espagnols à savoir réellement comment nous allons, où nous allons et ce qui nous attend à moyen et court terme.  

Le 12 juillet, notre illustre et jamais très bien vu Président du gouvernement a posé un nouvel acte dans sa course effrénée vers le populisme, le marketing et l'improductivité.

mais une grande majorité d'entre nous craignait ou pressentait que cela n'allait pas être le cas.  

C'est ce qui était censé se produire en cette occasion ; surtout après tant d'années d'attente et en raison de la noirceur du ciel due aux gros nuages d'orage compacts qui s'approchent de tous les côtés sans possibilité d'échapper à une telle tempête ;

que la situation économique est déjà grave, que la situation va empirer et que, par conséquent, tout le monde, sauf, par coïncidence, le gouvernement macro et super volumineux, sa structure dérivée et sa machine de propagande, devra maigrir pour essayer de réduire les dépenses et économiser des efforts qui, pour tout le monde sauf les politiciens, sont superflus et donc, facilement, on peut s'en passer.

Sánchez, en bon évadé plus qu'avéré, a essayé d'éviter de nous dire dans quelle situation nous nous trouvons et ce qui nous attend vraiment, à l'exception de quelques petits coups de pinceau, sans clarifier ni entrer dans le moindre détail, dans lequel il l'a mis noir sur blanc - pour qu'on ne puisse pas lui reprocher un jour la même erreur que son maître Zapatero -

allait nous montrer sa formule magistrale pour sauver l'Espagne de tous ses maux et revenir à la normale ; tandis que le reste des pays autour de nous et au-delà des mers continueront à sombrer dans les lacs troubles et profonds du désespoir économique et de l'improductivité. Une situation fallacieuse et inventée que, pour la rendre plus plausible, il se chargerait de produire des graphiques pour étayer sa théorie, même s'ils sont basés sur des données fausses et qu'il ne cite pas leur auteur, leur date ou leur degré de fiabilité. 

La dette, l'énorme déficit, le chômage réel non camouflé, l'IPC et l'inflation qui en découle ont atteint des sommets vertigineux et, pour ne pas s'égarer, on a récemment annoncé que Sánchez, le sauveur des situations de crise, pour justifier son "magnifique doctorat en économie",

Il a commencé par pleurer, comme il en a l'habitude, en montrant la solitude et l'incompréhension qui l'entourent dans ses tâches gouvernementales, la lutte interne acharnée au sein du gouvernement et les recettes "sorcières" qui lui tombent dessus depuis le banc adverse, qui, selon lui, ne servent qu'à confondre et à embrouiller le public ; tandis que lui et seulement lui s'érige en bon docteur qui connaît et maîtrise bien son travail et qui applique toujours sa manière appropriée et mesurée d'agir.

Précédé par des battements de tambour et espérant être l'objet d'une surprise, qui l'empêcherait dans un premier temps d'évaluer la substance, la réalité et la profondeur de ses propositions, il a jeté sur nous tout le feu de son artillerie. 

Après son feu d'artifice habituel, essayant d'obscurcir le personnel et de présenter l'opposition comme mauvaise et perverse qui ne veut pas l'aider ou obéir à ses propositions archaïques, improductives et même ineptes ou nuisibles pour s'attaquer à tant et tant de mal, il est arrivé au moment du "plus difficile encore".

déguisé avec quelques pétards intercalés pour que cela sonne nouveau et original.

Une artillerie qui s'est avérée être le feu d'artifice d'un humble quartier de Valence en période de difficultés et de coupes budgétaires,

alors que l'Espagne saigne des quatre côtés et quand l'automne arrivera, nous verrons ce qu'il adviendra des centaines ou des milliers d'entreprises qui n'ont pas les moyens de payer leurs prêts ICO, qui ont été si joyeusement et gratuitement prêtés pendant la pandémie et qui doivent maintenant expirer irrémédiablement et sans possibilité d'un nouveau report pour atténuer la douleur et leur permettre de se rétablir quelque peu, si tant est qu'elles puissent le faire.

Nous nous attendions tous à ce que leurs initiatives ne soient pas financées par une réduction de leur macro-appareil gouvernemental, structurel et publicitaire, qui abrite des centaines de personnages inutiles, ineptes et choyés, bien qu'ils soient plus que bien payés, cachés dans des ministères, des cabinets de conseil et des organismes officiels,

et, pour cette raison, ils sont arrivés avec trois choses fondamentales : de nouvelles taxes aveugles sans données réelles pour évaluer les entreprises énergétiques et les banques (une surprise ou une nouveauté, cette dernière leur coûtant plus de 6 milliards d'euros au moment même de son annonce) ; les impôts, dont nous pouvons être sûrs qu'en fin de compte ce seront les Espagnols ordinaires qui, comme toujours, devront payer, plus ou moins sournoisement, sous la forme de frais et de commissions plus élevés qui commenceront à fonctionner demain. D'autre part, ils se concentrent sur des aides qui, par leur nature et leur portée, ne favorisent pas la société dans son ensemble et sur le dépoussiérage de vieux plans (de l'époque de Gallardón, le maire de Madrid du PP), dans lesquels, au début des années 90, j'ai moi-même joué un rôle assez important en tant que jeune commandant, chargé de loger et de transférer dans d'autres casernes la plupart des unités qui s'y trouvaient. 

Non, leurs initiatives, comme il fallait s'y attendre, devaient cette fois-ci plaire à leurs partenaires de coalition afin de les maintenir unis pour le reste de la législature

et qui ne s'est jamais, même en période de prospérité économique, transformé en quelque chose de réel ou de formel.

Un plan que tous les présidents de la démocratie, à l'exception de Rajoy, ont abondamment brandi comme une succulente canne à sucre

En résumé, il nous a vendu une fois de plus un produit défectueux, non basé sur des calculs réels et avec une durée de plus de deux ans, avec lequel il compte obtenir un montant suffisant pour donner des billets gratuits (pendant trois mois) sur les Cercanías et les trains régionaux dans les moyens de l'État et augmenter de cent euros le montant des bourses pour les jeunes, qui en ont déjà, mais qui avec l'augmentation du coût de la vie n'ont même pas de quoi manger un repas décent chaque jour.

mais même ainsi, il ne s'agit que d'une tentative fallacieuse, car remettre sur la table le Plan Campamento, poussiéreux et enchevêtré, est aujourd'hui beaucoup moins viable en temps de crise, alors qu'en plus de l'énorme augmentation du coût de la main-d'œuvre et des matériaux de construction, il doit faire face à une initiative similaire et plus importante dans la partie nord (Chamartín) de la même ville.

Il est plus que clair qu'il fait un clin d'œil à Madrid pour récupérer un espace perdu ;

et les questions encore plus graves auxquelles nous allons tous, inévitablement, être confrontés vont être résolus.

Et je me demande si Sánchez croit vraiment qu'avec ces mesures peu nombreuses, sélectives, incomplètes et très localisées, qui laissent plus de quatre-vingt pour cent de la population nationale sans recevoir le moindre centime, les problèmes mentionnés

Bien sûr que non ; car s'il est convaincu du contraire, ce serait lui retirer son doctorat en économie, qu'il n'aurait jamais dû détenir, et l'envoyer aux galères pendant de nombreuses années pour avoir tergiversé, abusé de son pouvoir et trompé à plusieurs reprises un peuple qui vit des moments très difficiles.   

pendant et après qu'il ait annoncé et égrené des mesures infâmes, qui laissent de côté une grande majorité d'Espagnols ; qui, étant donné la gravité de la situation à laquelle nous sommes confrontés, évitent d'affronter les vrais problèmes de front ; qui sont temporaires et inutiles parce qu'improductives et qui, sans aucun doute, augmenteront les coûts énergétiques et les frais bancaires de tous les Espagnols, sans pitié ni merci ; tandis que, d'autre part, on n'obtiendra rien en retour, et on ne réduira pas tout ou partie de la graisse et des déchets qu'après tant d'années à trinquer au champagne et à regarder ailleurs, nous avons en trop et qui nous pèsent vraiment.

Mais si son attitude est et a été honteuse, encore plus répréhensible est celle de ses cohortes au Parlement qui l'ont applaudi,