Election du nouveau maire de Parakou: Rendez-vous, manqué !

Le processus devant consacrer hier, jeudi 28 mai, l’élection du nouveau maire de Parakou s’est terminé en queue de poisson. Annoncé pour succéder à Charles Toko au poste de maire de la municipalité, l’ancien ministre Aboubakar Yaya dont la candidature était pourtant la seule en liste n’a pas pu bénéficier des suffrages de tous les 17 conseillers élus comme lui sur la liste majoritaire du parti Fcbe. Il a recueilli 15 voix pour, 17 voix contre et un bulletin nul.

Revirement spectaculaire hier, jeudi 28 mai, à l’occasion de l’élection du nouveau maire de Parakou. Un véritable coup de théâtre. Proposé par son parti, Fcbe, qui a remporté au cours du scrutin du dimanche 17 mai dernier, la majorité absolue avec 17 sièges sur les 33 prévus pour cette municipalité, pour occuper le poste de maire, Aboubakar Yaya devra encore attendre. Sur les 17 voix qui suffisaient à faire son bonheur, il n’aura finalement eu que 15 voix. Il ne fait pas l’unanimité au sein de son camp. C’est à croire qu’il y a eu deux défections parmi ses collègues conseillers Fcbe. Deux de ses pairs se disent plutôt disposés à voter pour un autre candidat issu de leur groupe. Même la suspension proposée par le préfet, Djibril Mama Cissé, pour permettre les concertations afin de trouver une porte de sortie, n’aura rien arrangé.
En effet, après la suspension, le préfet a voulu reprendre la séance. Mais, de retour en salle, c’est à une deuxième candidature, toujours dans les rangs des Fcbe, celle de dame Alimatou Abdoulaye Adam, qu’on assistera. Cette candidature qui n’était pas du goût de certains conseillers élus Fcbe, sèmera la confusion totale. Ils commenceront alors par vider la salle. Mécontent, vu l’évolution de la situation, l’ancien ministre s’est retiré, en compagnie de l’ancien député Amadou Issifou. Dans la foulée, le préfet quittera la mairie. Il sera suivi du maire sortant Charles Toko et des conseillers élus sur les listes du Bloc Républicain et de l’Union Progressiste.
Ainsi, l’élection du nouveau maire de Parakou n’a pu avoir lieu. Incapables de s’entendre sur l’essentiel, le parti Fcbe, à travers ses 17 conseillers élus à Parakou, a préféré exposer à nouveau ses divergences au grand jour.
Après l’installation des 33 nouveaux conseillers municipaux par le préfet, le processus devant aboutir à l’élection du maire, de ses adjoints et des chefs d’arrondissement a tout simplement tourné à la dérision. Et pourtant, l’ambiance bon enfant qui régnait entre les conseillers, toutes tendances confondues, ne présageait pas d’une telle issue.