La Coupe NASCAR à Montréal?

Plus aucune division majeure du NASCAR ne fait escale au Canada depuis 2019, mais une nouvelle incursion au nord de la frontière n’est pas exclue.

Le Grand Prix de Trois-Rivières avait un invité de marque samedi, en la personne de Steve O’Donnell, chef des opérations au sein de la réputée bannière qui gère le stock-car aux États-Unis.

• À lire aussi:

• À lire aussi:

Comme prévu, plusieurs questions des représentants des médias ont porté sur un possible retour à Montréal d’une épreuve de la série Xfinity (appelée à l’époque «Nationwide»), qui, après cinq ans (de 2008 à 2012), a été rayée du calendrier.

Mais O’Donnell est allé un peu plus loin au cours de notre conversation en citant la Coupe NASCAR, la discipline-reine du stock-car.

«Je ne fais aucune promesse, dit-il, mais nous sommes ouverts à toutes discussions. Nous avons réalisé l’importance du marché canadien depuis longtemps.»

«Ma visite ici à Trois-Rivières ne fait que confirmer la passion du public québécois pour le NASCAR.»

Or, le promoteur de la course Nationwide à l’époque, François Dumontier, avait fait une croix sur l’aventure NASCAR au circuit Gilles-Villeneuve, après que les dirigeants de la série eurent écarté toute possibilité de faire rouler éventuellement les bolides de la Coupe à Montréal.

Plus de courses sur circuit routier

«Le contexte a changé depuis quelques années, a insinué O’Donnell. Et la Coupe NASCAR s’ouvre à de nouvelles destinations et particulièrement aux épreuves disputées sur circuit routier.»

«On sait toutefois que la présence de pilotes canadiens en Coupe NASCAR serait bénéfique pour mousser la tenue d’une telle course à Montréal.»

«Notre défi, c’est de promouvoir l’éclosion de talents canadiens par l’entremise de la série Pinty’s.»

«Cette série a un potentiel remarquable et nous souhaitons qu’elle passe à un autre niveau pour justement permettre à ses pilotes les plus doués de gravir les échelons du NASCAR.»

Mais, les amateurs de stock-car ne doivent pas s’emballer trop rapidement avant d’espérer voir les Kyle Busch, Chase Elliott, Kyle Larson et autres ténors de la spécialité débarquer à Montréal.

Si la Ville de Montréal permet la présentation d’un deuxième week-end de courses au circuit Gilles-Villeneuve après le Grand Prix du Canada de F1, il faudra notamment trouver un promoteur et surtout des partenaires financiers, lire des commanditaires majeurs.

Une chose semble maintenant certaine : la série des Camionnettes NASCAR, qui s’est déplacée au circuit ontarien de Mosport de 2013 à 2019, n’a plus aucun avenir au Canada.

La série Xfinity privilégiée

C’est plutôt la série XFinity qui assurerait la succession.

«La venue des camionnettes n’a pas suscité l’engouement voulu au Canada en termes de visibilité, de souligner O’Donnell, mais on peut croire aux chances de la série Xfinity.»

Il prétend qu’il est réaliste de penser que, dans un avenir pas trop lointain, les bolides de la deuxième division majeure du NASCAR pourraient s’éclater dans les rues de Trois-Rivières.

«Encore une fois, je ne fais pas de promesses, mais nous sommes disposés à engager des pourparlers», a renchéri O’Donnell.

Mosport veut sa course lui aussi

Mais des obstacles se dressent devant le GP3R.

La série Xfinity aurait atteint son maximum d’épreuves sur circuit routier ; or le circuit de Mosport convoite lui aussi une étape de cette série après avoir perdu les camionnettes.

Enfin, O’Donnell a été élogieux envers le GP3R en affirmant que «cet événement était une fierté pour NASCAR et que les autres séries de “touring” [en Europe et au Mexique] devraient s’en inspirer.»