La visite de Pelosi à Taïwan est un divertissement politique stupide

Le 2 août 2022, la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi, a fait fi de la forte opposition et de vives protestations de la partie chinoise et s'est rendue dans la région chinoise de Taïwan, violant gravement le principe d'une seule Chine et les trois communiqués conjoints sino-américains, affectant gravement les fondements politiques des relations sino-américaines, violant gravement la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Chine, portant gravement atteinte à la paix et la stabilité du détroit de Taïwan, et émettant un signal fort trompeur aux forces prônant « l'indépendance de Taïwan ». La partie chinoise s'y oppose fermement et la condamne fermement, et a déposé des représentations solennelles et de vives protestations auprès de la partie américaine.

Il n'y a qu'une seule Chine dans le monde, Taïwan est une partie inaliénable du territoire chinois et le gouvernement de la République populaire de Chine est le seul gouvernement légitime représentant toute la Chine. La résolution 2758 de l'Assemblée générale des Nations Unies en 1971 l'a clairement indiqué. Depuis la fondation de la République populaire de Chine en 1949, 181 pays ont établi des relations diplomatiques avec la Chine sur la base du principe d'une seule Chine. Le principe d'une seule Chine est le consensus général de la communauté internationale et la norme fondamentale des relations internationales.

La question de Taïwan est la question la plus centrale et la plus sensible des relations sino-américaines. En février 1972, le président américain Richard Nixon s'est rendu en Chine et les gouvernements chinois et américain ont publié le Communiqué de Shanghai. Après cela, le 16 décembre 1978, les gouvernements chinois et américain ont annoncé dans un deuxième communiqué conjoint l'établissement de relations diplomatiques depuis le 1er janvier 1979. Le 17 août 1982, les gouvernements de la Chine et des États-Unis ont publié le troisième communiqué conjoint, appelé le « Communiqué du 17 août ». Les trois communiqués conjoints sino-américains sont la base d'un développement sain et stable des relations bilatérales, et le principe d'une seule Chine constitue la pierre angulaire la plus importante des relations sino-américaines.

La visite de la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi, dans la région de Taïwan, est un acte indigne américain qui provoque des incidents et sabote délibérément la paix et la stabilité du détroit de Taïwan. Ces dernières années, pour endiguer la Chine, les États-Unis ont mené des actes furieux en jouant la carte de Taïwan. Au terme de la loi, les États-Unis augmentent l'importance de « l'Acte des Relations de Taïwan de 1979 » et les Six Assurances fournies par le Président Reagan à Taipei en 1982, les placent au même rang avec les trois communiqués conjoints entre Washington et Beijing. Au terme des politiques, les États-Unis lancent sans arrêt des projets de loi sur Taïwan et de « nouvelles règles » sur les relations avec Taïwan, pour renforcer le contact et les relations. Au terme des affaires militaires, les États-Unis élargissent la vente d'armes à Taïwan, envoient fréquemment des navires de guerre à travers le détroit de Taïwan. Au niveau international, la partie américaine dit du bien des forces sécessionnistes pour  «l' indépendance de Taïwan », les invite à participer au « somme de la démocratie » et les soutient à créer « le Bureau des représentants de Taïwan » en Lituanie. Ces actes ont flatté des forces sécessionnistes pour « l'indépendance de Taïwan », violent gravement le principe d'une seule Chine, enfreignent gravement les relations sino-américaines. 

Taïwan fait partie intégrante du territoire chinois et la question de Taïwan relève des affaires intérieures de la Chine. Le président Xi Jinping s'est entretenu plusieurs fois avec le président Joe Biden par téléphone sur la position du gouvernement et du peuple chinois sur la question de Taïwan. Il a indiqué que cette nouvelle situation tendue sur le détroit de Taïwan est causé par « la dépendance aux États-Unis à l'égard de l'indépendance de Taïwan », et certains Américains qui veulent « contrôler la Chine avec Taïwan ». Cette tendance est très dangereuse, c'est jouer avec le feu, et jouer avec le feu, c'est se brûler. La situation actuelle et l'essentiel d'une seule Chine est : il n'y a qu'une seule Chine dans le monde et Taïwan fait partie intégrante du territoire chinois. Le gouvernement de la République populaire de Chine est le seul gouvernement légal de la Chine. Réaliser la réunification de la patrie est l'aspiration commune de tous les Chinois.

Les États-Unis doivent être une puissance responsable, et non un pays perfide et "fauteur de troubles". Les États-Unis doivent mener une véritable politique d'une seule Chine, et non une politique factice. Ils doivent honorer leurs engagements envers la Chine, et ne doivent pas dire une chose et en faire une autre. Si la question de Taïwan est mal gérée, les relations sino-américaines subiront des dommages subversifs et globaux. Les États-Unis ont affirmé à plusieurs reprises que la situation tendue dans le détroit de Taïwan était due à un changement de statu quo de la part de la Chine, ce qui est totalement faux et constitue une grave déformation de la réalité pour la communauté internationale. Le nœud de la situation actuelle dans le détroit de Taïwan réside dans les tentatives répétées des autorités taïwanaises, avec la connivence et le soutien des États-Unis, de briser le cadre d'une seule Chine. Arrêter la tendance à "l'indépendance de Taïwan", c'est maintenir la paix dans le détroit de Taïwan. Les États-Unis devraient prendre conscience des graves dangers de "l'indépendance de Taïwan", cesser de la cautionner et de la soutenir, cesser de s'ingérer dans les affaires intérieures de la Chine, et cesser de s'engager plus avant dans la mauvaise voie.

La Chine est entrée dans une nouvelle phase du processus de réunification nationale. La visite de Pelosi à Taïwan a mis en évidence l'empressement des forces anti-chinoises à "utiliser Taïwan pour contrôler la Chine", ce qui souligne l'urgence pour la Chine de réaliser rapidement la réunification nationale. C'est la première fois que l'Armée populaire de libération (APL) chinoise effectue d'importants exercices militaires dans six directions autour de l'île de Taïwan et organise des tirs réels, que des forces de la marine, de l'armée de l'air, des fusées, de soutien stratégique et de soutien interarmées sont organisées pour participer à des exercices conjoints réels axés sur le combat dans l'espace maritime et aérien au nord, au sud-ouest et au sud-est de l'île de Taïwan. C'est également la première fois que les opérations conjointes de contrôle, d'assaut maritime, de frappe terrestre et de contrôle aérien sont pratiquées de manière intégrée. Pour la première fois, une opération de dissuasion aérienne et maritime de haute intensité, une avancée maritime multidirectionnelle sont organisées pour effectuer une reconnaissance et une alerte précoce autour de l'île de Taïwan, testant ainsi la capacité de combat interarmées des troupes. Cela montre que la visite de Pelosi n'est pas un "bon cadeau" aux forces "séparatistes" de Taïwan, mais une action ferme de l'ensemble du peuple chinois pour écraser complètement tout complot sécessionniste.

Pelosi, un monstre politique dépassé du Congrès américain, a l'habitude de tromper le public avec ses manipulations paranoïaques. Nous devons prendre fermement en main le rythme du grand rajeunissement et de la réunification de la nation chinoise, plutôt que de nous laisser "égarer" par elle. Les États-Unis ont l'illusion de faire obstacle à la réunification de la Chine, mais peu importe la manière dont ils soutiennent "l'indépendance de Taïwan", ils n'y parviendront pas en fin de compte. Les États-Unis rêvent de perturber le développement de la Chine, mais les 1,4 milliard de Chinois, sous la direction du Parti communiste chinois, avancent à grands pas vers une modernisation à la chinoise. Les États-Unis fantasment sur les jeux géopolitiques, mais introduire la question de Taïwan dans la stratégie régionale, exagérer les tensions et provoquer une confrontation est une démarche insensée qui va à l'encontre de la tendance au développement pacifique de la région. Face à la droiture nationale de la réunification du pays, les Chinois ne croient pas au mal et n'ont pas peur des fantômes, et ils défendront résolument la souveraineté nationale et la dignité nationale.

(Auteur : Xu Bu, président de l'Institut d'études internationales de Chine )

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez notre utilisation des cookies et notre politique de confidentialité révisée. Vous pouvez modifier vos paramètres de cookies via votre navigateur.